Dossiers

Âge d'Or

Portugal Século XX: Visões Femininas

#agedor

Avec #agedor, CINEMATEK met en évidence l'histoire et l'actualité du cinéma d'avant-garde.

Focus Vif évoque la “singularité” du cinéma Portugais dans l’article En toute Indépendance, 21-04-2017 Le Vif/L'Express - Focus - Pagina 32.
“S’il fallait dégager un trait caractéristique du cinéma portugais, on opterait sans hésiter pour la singularité, postulat s’appliquant aussi bien à la figure tutélaire de Manoel de Oliveira, disparu à l’âge de 106 ans après avoir laissé une œuvre gigantesque et protéiforme, qu’à la figure volontiers iconoclaste de João César Monteiro ou à la veine anthropologique d’un Pedro Costa. [...] Le marché portugais est trop petit pour que l’on puisse juger de l’intérêt d’un film par son nombre de spectateurs. De là cette liberté qui y existe.”

Manoel de Oliveira a reçu deux fois le prix Âge d'Or: pour O sapato de cetim en 1985 et Os Canibais en 1988.

Trás-os-Montes (1976)

Le cinéma portugais est du coup généralement considéré comme avant-gardiste et plutôt expérimental. Les femmes cinéastes ne sont généralement pas mentionnées.

Les informations sur les films de la sélection Século XX: Visões Femininas, projetée à CINEMATEK en juillet 2021, sont limitées en ligne, bien que la quasi-totalité d'entre eux aient été présentés dans de prestigieux festivals européens tels que Cannes, Berlin ou Venise.

CINEMATEK invite son public à réfléchir et à écrire ensemble sur ces films portugais.

Appel à la participation

Avez-vous déjà l'habitude ou l'envie d'écrire sur des films pour vous-même, sur des blogs ou des sites web, avez-vous un compte Letterboxd ou Rottentomatoes ou souhaitez-vous partager vos observations et vos expériences dans le cadre de notre événement Facebook ?


Comment nous joindre par e-mail: communication@cinematek.be

- Choisissez au moins 3 films du cycle Portugal Século XX : Visões Femininas.
- Envoyez-nous un court e-mail de 500 mots maximum dans laquelle vous expliquez pourquoi ces films vous attirent.
- Vous recevrez des billets gratuits pour les films par e-mail. Si vous avez déjà acheté des billets, vous êtes bien évidemment invité à participer. Les billets ne sont pas remboursables, mais nous tiendrons compte de votre participation pour les projets futurs.
- Rédigez un court commentaire sur chaque film ou faites un vlog et qui sait, peut-être que votre texte ou vlog sera inclus dans notre dossier !

Le cinéma portugais par les femmes: Fragile comme le monde

Rita Azevedo Gomes est une artiste polyvalente et indépendante dont l'intérêt constant est d'explorer de nouveaux modes d'expression. Sa carrière commence au début des années 70 et s'oriente vers le cinéma, le théâtre et l'opéra.

Pendant plus de 30 ans, elle a travaillé en collaboration étroite avec João Bénard da Costa, d'abord au département cinéma de la Fondation Gulbenkian, puis, après 1993, à la Cinemateca Portuguesa.

Ses films ont été projetés et salués dans des festivals internationaux - Venise, Montréal, Bafici, Turin, Viennale, Jeonju, Doc Lisboa, Marseille, Cinesul Rio, pour n'en citer que quelques-uns - et distribués au Portugal, en France et en Espagne.

Rita Azevedo Gomes raconte dans Frágil como a mundo le fatalisme romantique d'un amour immaculé entre de jeunes amants loin de la société, un territoire déjà exploité par Shakespeare et dans les "Ombres" de Parajanov ou dans les films de Nicholas Ray.


La fragilité des femmes, des enfants et des adolescents est une ligne thématique que l'on retrouve également dans d'autres films portugais :

Frágil como a mundo est précédé du film d'animation Kali, le petit vampire, dans lequel l'enfance et le symbolisme gothique deviennent très explicites.

Os Mutantes a été filmé avec des enfants des rues de Lisbonne. Sabzian a créé une fiche informative sur le film.

“Laissés-pour-compte du monde contemporain, les héros de Villaverde habitent une postexistence (son film le plus réputé s’intitule Os Mutantes, « les mutants »). La magnifique réserve et la rage rentrée de ceux-ci sont la marque d’un cheminement intérieur, par quoi les existences dépossédées reconquièrent un souffle vital, profond, auquel seul le cinéma, art de toutes les mutations, est à même de donner consistance.” Le Monde

Dans Gloria, Manuela Viegas jette un regard hanté sur l'enfance, avec des échos de The Night of the Hunter, de El espiritu de la colmena de Victor Erice et du film Landscape in the Mist d'Angelepoulos. Gloria dépeint un univers entre le monde des adultes et celui des enfants, entre montagnes et ruines, avec un design sonore remarquable, essentiel à la construction du film.

“Film âpre, lent, sombre, pluvieux, neurasthénique, ankylosé, flippé, sans véritable narration ni psychologie, procédant par reptation et à-coups, Gloria enveloppe le spectateur dans ses anneaux froids et l'enserre jusqu'à provoquer un début d'asphyxie. On peut soupçonner Manuela Viegas d'aimer par-dessus tout le cinéma de Tarkovski et d'être sensible aux poèmes aphasiques de Sharunas Bartas, un cinéma confrontant les affres humaines à l'indifférence du paysage.

L'attention portée au son fait clapoter un sous-monde d'infra-musique pour ouïes bouchées. Les dialogues sont d'ailleurs réduits à la portion congrue et fonctionnent dans la trame sonore comme des éléments musicaux.” Libération

 Glória - Manuela Viegas

Un immigrant russe cherche à établir un lien avec un enfant en tant que "père adoptif" dans André Valente.

“Là-dessus, le premier réalisateur venu aurait sans doute cherché à magnifier ces événements, à en rajouter dans le pathos et à faire de l'enfant un portrait en gloire. Catarina Ruivo, justement, fait tout le contraire. À cette idée, suffisamment dérangeante en soi, que la vie ne serait rien d'autre qu'une histoire d'accommodement avec la perte, la cinéaste, loin de chercher à enjoliver le constat, lui confère au contraire la forme même de la perte.” Le Monde

Cineuropa a demandé à Catarina Ruivo “Croyez-vous que André Valente soit dans la même lignée qu'un certain cinéma portugais qu'on dit marqué par la nostalgie et la tristesse ?”

Sa réponse:

"Je pense que c’est un film mélancolique car c'est un film sur la perte, mais je ne crois pas qu’il soit triste. Les personnages apprennent à transformer la peur en courage et la fragilité en force." Catarina Ruivo

 André Valente - Catarina Ruivo

Dans Relação fiel e Verdadeira, Margarida Gil donne à une tragédie romantique stricte et post-Oliveira du XVIIe siècle une perspective féministe sophistiquée sur la relation tourmentée entre Antónia et son mari ruiné et violent, le bohémien Brás Telles de Meneses.

La relation avec le passé colonial est à l'arrière-plan de A Costas dos Murmúrios.

 A Costas dos Murmúrios (2004)

Au Nord du Portugal : Le cinéma comme témoin

La révolution industrielle et les récentes crises financières ont eu de graves répercussions sur la vie dans les zones rurales du Portugal. Les cinéastes jouent un rôle important en documentant cette évolution et cette situation. Leurs portraits pénétrants du Portugal rural de la période post-révolutionnaire montrent les changements en termes de modernisation, d'industrialisation et de transformation du rôle des femmes, qui se sont consolidés à cette époque. On sent dans le film la résistance à la réduction de la vie rurale à un "folklore pittoresque", qu'il soit politique ou touristique.

Après la révolution portugaise de 1974, certains cinéastes portugais sont partis à la campagne, notamment à Trás-os-Montes, pour s'inspirer du passé et du présent, du paysage et des habitants de cette province du nord du Portugal. António Reis et Margarida Martins Cordeiro y ont passé près de deux ans pour réaliser leur film, qui est probablement le plus ambitieux de tous les films sur la province. La plupart des personnages principaux sont des enfants et des femmes, car les travailleurs masculins constituent le principal produit d'exportation de la province. L'absence (de membres de la famille, de travail, de technologie moderne, etc.) est donc un thème récurrent.

“C'est une oeuvre de pure et entière création.

La région considérée n'est pas le sujet mais le cadre arbitrairement choisi pour une oeuvre de pleine et entière imagination, restituant la perception enfantine, le souvenir qui en reste plus tard d'incursions en province, de retour aux sources familiales et vers la "grande maison" de vacances d'une famille de bourgeoise moyenne. “ Antonio Reis

 Trás-os-Montes (1976)

Le film O movimento das coisas a été créé en 1985 dans l'initiative de solidarité, la Cooperativa VirVer, à laquelle Manuela Serra a travaillé pendant plusieurs années, et ne sera achevée que quelque temps plus tard. Cependant, tout ce qui aurait été la raison d'être de presque n'importe quel autre film sur le sujet semble ici avoir été dépouillé, voire supprimé.

Le public en tant que témoin :

Faites-nous découvrir d'autres perspectives sur cette sélection exceptionnelle de films portugais ?

Nous espérons pouvoir ajouter ici vos témoignages sur les films au fur et à mesure des projections.


En collaboration avec la Cinemateca Portuguesa.

 O Movimento das Coisas - Manuela Serra