X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

FOCUS NIGHT

FOCUS NIGHTS: BANC D’ESSAI

Focus Vif

07.12 > 06.02


En collaboration avec Focus Vif.

Chaque mois, un critique de Focus Vif, le news culturel vendu avec le Vif/L’Express, présente un film choisi dans les collections de CINEMATEK. Sous l’intitulé BANC D’ESSAI, la saison 2017/2018 des FOCUS NIGHT propose une dizaine de premiers films de tous horizons. La soirée se prolonge ensuite autour d’un verre.

+ En savoir plus


Au programme de décembre, Un 32 août sur terre, le film qui révélait, en 1998, le cinéaste québécois Denis Villeneuve, unanimement plébiscité voici quelques semaines pour son Blade Runner 2049. Sous le choc d’un accident de voiture, une jeune femme y larguait boulot et projets de voyage, pour demander à son meilleur ami de lui faire un enfant. A quoi ce dernier mettait une unique condition : qu’ils se rendent à cette fin dans un désert, le duo optant pour Salt Lake City et l’étendue de sel avoisinante. Le cadre principal d’une équipée douce-amère insolite mêlant drames existentiel et sentimental, et soulignant d’emblée la singularité d’un Villeneuve trouvant par ailleurs en Pascale Bussières une interprète idéale. Changement de registre en janvier avec Ratcatcher (1999), le premier long métrage de la cinéaste écossaise Lynne Ramsay, auteure, tout récemment, de You Were Never Really Here. Il y a là, inscrit dans la grisaille de Glasgow en proie à une grève des éboueurs au milieu des années 1970, un récit d’apprentissage ; l’histoire de James, gamin de 12 ans porteur d’un lourd secret et tentant de se soustraire à la dureté ambiante en se retranchant dans son monde. Et un film témoignant d’une vision et d’une sensibilité toutes personnelles, infusant lumineusement cet environnement chagrin d’échappées poétiques. Enfin, Naomi Kawase situait Suzaku (1997), objet de la Focus Night de février, dans un village de montagne isolé, en passe d’être désenclavé par la construction d’une voie ferrée. L’occasion pour la cinéaste nippone de jeter, sur les traces d’une famille dont la vie s’apprête à être bouleversée, les bases d’une œuvre contemplative et frémissante, saluant une nature souveraine comme la mémoire des lieux et de ceux qui y vivent…