X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

CYCLE

THE GLOBAL AUTEUR

07.12 > 06.02


En collaboration avec SCC et VDFC

Fruit intellectuel du mouvement mené par François Truffaut et des Cahiers du Cinéma (mais aussi d’Andrew Sarris aux Etats-Unis), fruit surtout d’une certaine évolution de la commercialisation et distribution du cinéma, le concept d’auteur est devenu un outil important de compréhension du film en tant qu’œuvre d’art - à la fois en termes vernaculaires et scientifiques.

Il a permis d’élever au sommet de la hiérarchie cinématographique le réalisateur-scénariste (tel Griffith, Chaplin, Keaton, Dreyer, Renoir, Welles, Bresson, Hitchcock, Bergman, Fellini, Ray, Kurosawa et bien d’autres), puis a été mis à mal par des écoles critiques successives, mais n’a jamais perdu de son pouvoir de séduction. Ne serait-ce que du fait qu’en tant que marque, l’auteur demeure une des manières les plus sûres de fidéliser un public autour d’une œuvre, et de la lui vendre. Alors que le cinéma traverse une transition violente (due à la mondialisation, à la numérisation, et à la pression croissante des studios et des festivals pour faire du film un produit plutôt qu’une œuvre d’art résistant à sa propre marchandisation), CINEMATEK propose, autour de l’ouvrage édité par Seung-hoon Jeong et Jeremi Szaniawski, The Global Auteur : The Politics of Authorship in 21st Century Cinema (éditions Bloomsbury, 2016), de se pencher sur des figures qui, ces 15 dernières années, poursuivent, vaille que vaille, un travail d’auteur, et qui, sans doute, demeureront des figures de référence dans les annales du cinéma du début du 21e siècle. Entre romantisme et modernisme, mais aussi dans un contexte de mondialisation et de perte d’idéaux, ces cinéastes jettent un pont entre l’héritage de leurs illustres modèles et le cinéma de demain, mêlant rigueur artistique et innovation technologique.
Pourtant que reste-t-il aujourd’hui de la fameuse "politique des auteurs", et de l’idéal qui lui est attaché ? L’ouvrage The Global Auteur s’interroge sur la pertinence de ce terme, lui proposant ‘le politique immanent à l’auteur’, c’est-à-dire ce qui demeure de politique, voire de militant, dans le fait même de poser l’acte créateur.
Reconnaissant que le cinéma, en tant que médium, n’a plus la puissance qui fut la sienne au 20e siècle, cette série, riche d’interventions de participants et d’un panorama d’œuvres fortes, émouvantes et audacieuses, de femmes et d’hommes des cinq continents, démontre bien que même s’il traverse une période délicate, le cinéma -et l’auteur à fortiori- n’est pas mort pour autant.