X

Votre don fait vivre le cinéma !
Uw gift brengt film tot leven!

CLASSICS & ANTHOLOGIES

YERVANT GIANIKIAN & ANGELA RICCI LUCCHI

05.02 > 28.02


En collaboration avec ERG & BOZAR Cinema.

Invités par l'erg (école supérieure des arts), les réalisateurs Yervant Gianikian et Angela Ricci viendront présenter leur travail à Bruxelles. Le 05.02 une soirée entière leur sera consacrée à Bozar. À partir du 07.02 Cinematek présentera un cycle de leurs films, qu’ils ont eux-mêmes composé, ainsi qu’une carte blanche.


Yervant Gianikian est né à Merano en 1942 de parents arméniens. La même année sa compagne Angela Ricci Lucchi naissait à Lugo di Romagna. Elle a étudié la peinture et lui l’architecture à Venise. Ils collaborent ensemble depuis les années 1970 et sont connus pour leurs films artisanaux de montage dans lesquels récit, poésie et analyse critique se rencontrent. Ils sont basés à Milan.
Gianikian et Ricci Lucchi ont fait leurs preuves dans l’avant-garde cinématographique contemporaine et leur travail est un modèle de référence. Les thèmes récurrents, entre autres le totalitarisme, le colonialisme, la première guerre mondiale, le génocide, le racisme, sont toujours approchés par une utilisation singulière d’archives et de found footage. Des photogrammes du matériau d’origine sont recadrés, coloriés à la main, etc. Le remontage, le ralentissement ou l’accélération du film donnent aux images une nouvelle signification. Pour ce faire les cinéastes travaillent avec leur propre invention: la caméra analytique.
Ne rechignant pas à manipuler des documents historiques, ils redéfinissent le genre du documentaire. Ils abordent le concept « d'archives » d’une manière toute particulière, ils déclarent à ce propos: « Ce qui nous intéresse, c’est de donner sens à ce que l’on voit dans les archives ; nos archives sont trop abstraites, apocryphes. Nous présentons une collection de visions retravaillées, nous proposons une relecture au présent. (...) chez nous l’éthique et l’esthétique vont main dans la main. Re-filmer signifie redonner sens. Il s’agit de mettre à nu l’idéologie historique présente dans des matériaux privés et publics ; de montrer la force des images, sans mots, sans commentaire, sans didactique. Nous ramenons des images oubliées vers le présent et forçons ainsi les gens à réfléchir, à faire des liens entre le présent et le passé. »
Un aperçu des films de Gianikian et Ricci Lucchi est un catalogue des faits et gestes de l’homme qui révèle la tension constante des conflits socio-politiques, le pouvoir de la propagande, la violence de certains usages et habitudes bien acceptées. Les images font parties d’un ensemble cinématographique dans lequel la matière de la pellicule prend une place centrale. A travers leurs films ils nous prouvent qu’ils veulent combattre toute dégradation, érosion matérielle de l’image, mais aussi érosion politique de la mémoire.

 

Voir aussi

05.02 - 19:00 / BOZAR Oh ! Uomo - séance suivie d’un débat avec Yervant Gianikian, Angela Ricci Lucchi & Jean-Pierre Rehm (directeur du FIDMarseille)

07.02 - 19:00 / CINEMATEK Dal polo all’Equatore (Du pôle à l’Équateur). Séance en présences des réalisateurs

08.02 > 26.02 Carte blanche Gianiakian

18.02 Gianikian - Ricci Lucchi 5 de Yervant Gianikian, Angela Ricci Lucchi / Le premier film aborde autant la personnalité de Cesare Lombroso, criminologue qui mena des recherches sur le sens olfactif des criminels, que les derniers jours d’un musée.Essence d’absinthe, rêverie à propos du corps et de la pellicule, a comme point de départ un film porno des années 20. Jonas Mekas a offert son soutien à Karagoez (qui fait référence au théâtre d’ombres ottoman) premier grand film des cinéastes réalisé à partir de found footage. GRL y entrecoupent des extraits de plusieurs films de fiction de leur collection 9.5 mm ainsi que des courts documentaires. Un résultat à l’esthétique surréaliste.